Mobilisation pour la défense d’un véritable service public d’orientation

mercredi 12 décembre 2007
par  sudeducationalsace
popularité : 3%

 

Pour défendre un service public d'orientation :

Communiqué régional des syndicats

SNES-FSU - SUD EDUCATION - SGEN

ENSEIGNANTS, CONSEILLERS D’ORIENTATION-PSYCHOLOGUES ET DIRECTEURS DE CIO :

ENSEMBLE POUR UN SERVICE PUBLIC « EDUCATION NATIONALE » DE QUALITE,

ENSEMBLE POUR PRESERVER NOS MISSIONS RESPECTIVES

LES FAITS

 

55 conseillers d’orientation-psychologues (COP) recrutés en 2006 (contre 287 en 2002 !) : cela équivaut au remplacement d’ 1 départ à la retraite sur 6. ! Aucun poste de conseiller d’orientation-psychologue créé depuis 1989, et si le volume de recrutement de 2008 reste à 50 comme en 2007, c’est plus de 700 postes de COP qui auront disparu en 3 ans, soit 16 % du corps !!!…Les répercussions se font déjà sentir dans le Bas-Rhin par une couverture en diminution des établissements scolaires et des permanences dans les Centres d’Information et d’Orientation (CIO) touchés.

Les déclarations, rapports et circulaires se multiplient, qui sont autant de menaces pour nos missions, notre formation, notre statut et l’existence même des CIO. Selon les recommandations contenues dans le « Schéma national de l’orientation et de l’insertion professionnelle » de mars 2007, « le métier des futurs conseillers d’orientation doit être centré sur la mission de faire connaître le monde économique, les entreprises, les formations et leurs possibilités d’insertion professionnelle ». Le ministre de l’Education Nationale Xavier Darcos a déclaré lors de la 2ème séance du 15.11.07 à l’Assemblée Nationale : « Sans mettre en cause la qualité des conseillers d’orientation-psychologues, il me parait important que tous les professeurs soient également des orienteurs ». Pendant cette même séance, à l’occasion de la présentation de son rapport sur les Conseillers d’orientation-psychologues dans le cadre du Projet de loi de finances pour 2008, le député bas-rhinois F.Reiss préconisait ceci : « les CIO doivent être rattachés aux Régions…Une véritable synergie devrait s’établir entre les permanences d’accueil, d’information et d’orientation, les missions locales et ces CIO « nouvelle génération » ».

Dans sa déclaration à l’AEF du 16.10.07, B.THOMAS, le nouveau délégué interministériel à l’orientation était lui aussi dans cette logique : « le système d’information sur les formations, les métiers et l’emploi a été laissé à des spécialistes, les conseillers d’orientation-psychologues, au détriment des « acteurs principaux » de l’Education Nationale, c'est-à-dire les enseignants […] Mon objectif est d’aider à rapprocher l’aide à l’insertion professionnelle de l’acte d’enseigner ».

Dans les faits, deux circulaires ministérielles figurent au B.O., qui formalisent déjà l’ « entretien d’orientation » conduit par le professeur principal, proposé à tous les élèves de troisième (B.O. n°47 du 21.12.06) et à tous ceux de première (B.O. n°3 du 18.1.07.

NOUS SOMMES INQUIETS, VOUS AUSSI SANS DOUTE

En tant que conseillers d’orientation-psychologues, nous n’admettons pas :

la remise en cause du travail spécifique qui est le nôtre. Ce travail, mené en collaboration et en complémentarité avec les équipes éducatives, concerne l’accompagnement de l’élève dans un projet (projet d’études, projet professionnel voire projet de vie). Cet accompagnement s’effectue tout au long de la scolarité et ne se réduit pas aux seuls paliers d’orientation.

le déni de nos compétences professionnelles et plus spécialement de notre expertise de l’entretien d’orientation. Les enseignants bénéficieront de quelques heures de stage pour s’initier à la pratique de l’entretien ; nous avons, quant à nous, une formation à bac + 5 portant sur la psychologie (psychologie cognitive, psychologie de l’adolescent…) mais également sur l’économie, la connaissance des métiers, la sociologie…, ce qui concourt à nous donner cette expertise.

En réalité, le transfert des missions des COP aux enseignants vise à la marginalisation des COP dans un premier temps , et à leur disparition à terme ; quant aux enseignants, ils devront tant bien que mal effectuer le travail d’orientation. Cela est d’autant plus paradoxal et dommageable que les attentes des familles sont grandes en ce qui concerne le conseil en orientation, dans un contexte marqué par l’inquiétude sur l’insertion professionnelle de leurs enfants. Le Service Public d’Orientation de l’Education Nationale risque de disparaître et dans le même temps officines privées et coachs en orientation commencent à prospérer… Pour l’instant nous proposons gratuitement des services qu’un jour seules les familles aisées pourront offrir à leurs enfants dans le privé (entretien+tests = bilan d’orientation facturé à 500euros par exemple !)

ENSEMBLE

.Refusons ce transfert de compétences qui, en outre, ne fera qu’augmenter la charge de travail des enseignants !

.Refusons l’extinction programmée du Service Public d’Orientation de l’Education Nationale et du corps des Conseillers d’Orientation-Psychologues, ainsi que les radicales modifications de leurs missions ! 


Documents joints

tract
tract

Commentaires

Agenda

<<

2017

 

<<

Octobre

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
2526272829301
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
303112345
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois