FORMATION SYNDICALE : ÉVALUATION ET MANAGEMENT DANS L’ÉDUCATION NATIONALE

mercredi 16 janvier 2019
par  sudeducationalsace
popularité : 0%

LUNDI 25 FÉVRIER 2019 à l'ESPE de Sélestat (9h-17h)

plaquette de présentation du stage :

Rendez-vous carrière, PPCR, évaluation par compétences des profs et des élèves, LSUN, new public management, rémunération au mérite...
Quelles résistances ? Quelles alternatives ?

La formation syndicale est un droit pour tous les personnels de l’éducation
nationale, titulaires ou non, de la maternelle à l’université, jusqu’à 12 jours par an.
Il suffit de s’inscrire avant le 26 janvier 2019

Pour participer au stage :

  • Tu dois impérativement en informer ta hiérarchie (le recteur par voie hiérarchique dans le second degré ou ton directeur des services via ton inspecteur dans le premier degré) au plus tard un mois avant la date du stage (donc au plus tard le
    25 janvier) en utilisant le modèle de lettre que tu trouveras là : https://sudeducalsace.info/spip.php?article1224
  • Tu dois également nous prévenir de ta participation par mail (sudeducalsace@gmail.com) afin que nous
    puissions nous organiser au mieux.

Attention :
Toute absence de réponse de ta hiérarchie équivaut à un accord. Le refus de t’octroyer une autorisation d’absence pour le stage doit être notifié au plus tard 15 jours avant la date du stage.
Tout refus doit nous être signalé au plus vite.

Compétences, évaluation, management… mise au pas !

Depuis une trentaine d’années sous l’impulsion de l’OCDE et UE, les modalités d’évaluation des enseignant.e.s et des élèves ont considérablement évolué avec l’introduction des New Public Management dont l’objectif est de piloter la fonction publique et plus précisément le système éducatif en imposant une culture managériale, autrement dit une culture du résultat qui soit mesurable.

L’introduction de la logique de compétences puis du socle commun de culture et de compétences et aujourd’hui du LSUN ont transformé les pratiques pédagogiques dans le sens d’une mesurabilité des compétences « acquises » ou non par les élèves dans une logique utilitariste et surtout d’un contrôle social accru de ces derniers au profit des entreprises, rendant les élèves « employables » ou non à l’issue de leur
scolarité.

Les enseignant.e.s n’échappent pas à ce contrôle. Depuis la mastérisation des concours en 2010, la logique de compétences s’est introduite dans l’évaluation des stagiaires au sein des ESPE (ex- IUFM) normalisant par la même occasion son utilisation en classe. Le PPCR et ses « rendez-vous carrière » place désormais l’implication personnelle de l’agent dans le projet d’établissement au cœur du métier,
reléguant la pédagogie à la périphérie. Cette nouvelle forme d’évaluation des personnels et les projets actuels de « rémunération au mérite » placent la focale de l’évaluation sur les qualités personnelles de l’agent, qui devra savoir « se vendre », ce qui est sans doute de nature à renforcer les liens de subordination à la hiérarchie.

Pour Sud Éducation Alsace la seule finalité de l’éducation est l’émancipation individuelle et collective des élèves et des personnels. Alors, comment résister à ces évolutions ? Quelles alternatives pourrait-on imaginer ?


Commentaires

Agenda

<<

2019

 

<<

Avril

 

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
293012345
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois