Chronologie des faits et méfaits de l’extrême-droite à Strasbourg

Fiche pratique antifasciste
mercredi 27 octobre 2021
par  sudeducationalsace
popularité : 0%

PDF - 1.1 Mo
Téléchargez la fiche pratique

Connaître les faits et méfaits de l’extrême-droite c’est prendre conscience de l’ampleur de la menace qu’elle représente. La violence, qu’elle soit physique, verbale et/ou symbolique fait partie intégrante de son projet politique. Depuis 4 ans, le nombre de ces actes n’a cessé d’augmenter à Strasbourg et ses environs.

En mai 2017, Marine Le Pen, la candidate du Front national (futur RN) a accédé au deuxième tour de l’élection présidentielle. Cette accession au second tour a été largement annoncée, accompagnée médiatiquement et instrumentalisée comme repoussoir par Emmanuel Macron, le candidat LREM, qui s’est finalement imposé. L’élection présidentielle 2017 marque incontestablement le retour de l’extrême-droite activiste à Strasbourg avec l’attaque au mortier d’une manifestation « Ni Macron, Ni Le Pen » le 7 mai, jour du deuxième tour, revendiquée par le GUD Alsace. Elle se prolongera par l’ouverture par le Bastion social d’un local associatif à Strasbourg (décembre 2017 à décembre 2018) entrainant plusieurs agressions racistes et contre des militants. Cette série d’agressions violentes se soldera par la dissolution du mouvement qui se réclame du nationalisme révolutionnaire (mais pas de ses associations locales). Cette dissolution a permis depuis à d’autres groupes jusqu’alors en retrait d’occuper un espace politique laissé vacant : Action française, Cocarde étudiante, Strasbourg Offender.

Cette extrême-droite activiste ne bénéficie pas localement de relais institutionnel qui favoriserait son implantation (aucun.es élu.es RN ou Patriotes à la ville de Strasbourg, à peine 8 élus.es RN à la région Grand Est, aucun au Département, quelques élu.es dans les communes de Mulhouse, Haguenau, Kembs et Barr). Néanmoins, si les violences politiques d’extrême-droite se multiplient c’est en raison d’un manque d’action et de permissivité de la part des pouvoirs publics locaux (police, justice) et indéniablement du tournant autoritaire et islamophobe pris par l’Etat qui alimente et banalise le discours de l’extrême-droite « en même temps » qu’il l’érige comme un repoussoir.


Publications

Derniers articles publiés

Sites favoris


4 sites référencés dans ce secteur

Sur le Web

VISA Vigilance Initiatives Syndicales Antifascistes">23 janvier - VISA et ACRIMED : journée débats le 12 février sur les médias et l'extrême-droite

VISA Vigilance Initiatives Syndicales Antifascistes">23 janvier - CGT Marne : Rassemblement à Reims le 4 février contre l'extrême-droite

VISA Vigilance Initiatives Syndicales Antifascistes">23 janvier - La Horde : cartographie de l’extrême-droite en France mise à jour

VISA Vigilance Initiatives Syndicales Antifascistes">9 janvier - Communiqué de Solidaires et de syndicats polonais : En Pologne, en France et ailleurs, le syndicalisme combat l’extrême droite !

VISA Vigilance Initiatives Syndicales Antifascistes">9 janvier - Toulon : soirée/débat de la CODEX 83 sur l'extrême-droite contre les droits des femmes

VISA Vigilance Initiatives Syndicales Antifascistes">9 janvier - VISA 34 : Faits et méfaits de l'extrême droite dans le 34 - novembre et décembre 2021

VISA Vigilance Initiatives Syndicales Antifascistes">9 janvier - Motion du SYNPTAC-CGT au 14ème congrès à Paris du 28 au 30 novembre 2021

VISA Vigilance Initiatives Syndicales Antifascistes">9 janvier - Etats-Unis : Le syndicat des infirmières NNU salue la condamnation des meurtriers racistes d’Ahmaud Arbery

VISA Vigilance Initiatives Syndicales Antifascistes">Décembre 2021 - Lettres d'infos antifascistes de l'inter-orga de l'Isère - N°1 et 2

VISA Vigilance Initiatives Syndicales Antifascistes">Décembre 2021 - Communiqué Fédération CGT des Services Publics contre l'attaque des locaux de la CGT de Bordeaux Métropole par l'extrême-droite